Stratégies de développement à faibles émissions 2050

Costa Rica

Des plans d'action à court et à long terme sont nécessaires pour entreprendre une transition juste, durable et rentable vers les énergies renouvelables. L'Accord de Paris encourage les pays membres à formuler et mettre en oeuvre des stratégies de développement à long terme à faibles émissions (LEDS) pour 2050. Dans cette optique, le Costa Rica, leader mondial des énergies renouvelables, a soumis un plan national de décarbonisation 2018-2050 qui vise des émissions nettes nulles d'ici 2050. Le plan identifie 10 points d'action dans quatre secteurs principaux: transports et mobilité durable; énergie, construction écologique et industrie; gestion intégrée des déchets; et agriculture, changement d'affectation des terres et solutions fondées sur la nature. Les stratégies transversales suivantes ont été proposées pour réaliser ce plan: principes de participation et d'égalité; réforme institutionnelle; réforme fiscale verte; le financement et les investissements directs étrangers; numérisation et stratégie basée sur le savoir; stratégies de travail pour une transition juste; données ouvertes et transparence; stratégie d'éducation et de culture.

Le Green Deal

Union européenne

Le Green Deal de l'Union européenne est une politique globale à long terme visant à atteindre la prospérité tout en respectant l'environnement. Le programme fixe un objectif de réduction des émissions de 50 à 55% d'ici 2030 et de zéro émission nette d'ici 2050 sur l'ensemble de l'UE. Ces objectifs deviendront bientôt une obligation légale par la loi européenne sur le climat. Le Green Deal européen se concentrera sur l'utilisation efficace de toutes les ressources et œuvrera à la restauration de la biodiversité et à la réduction de la pollution environnementale. Il sera mis en œuvre avec la devise «personne ne sera laissé pour compte», soutenant les communautés qui sont susceptibles d'être les plus touchées par cette transition systémique. Le programme espère mobiliser des investissements publics et privés à grande échelle dans une économie qui se redresse après la pandémie, avec des implications pour un grand nombre de pays en développement et de partenaires de l'UE. Les domaines politiques clés comprennent l'énergie propre, la biodiversité, l'agriculture, l'alimentation, les industries, les bâtiments et la mobilité.

guillaume-perigois-0NRkVddA2fw-unsplash.

European Union                  Version française

dan-meyers-Xwjtmnzw20U-unsplash_edited.j

European Union                  Version française

gustav-gullstrand-d6kSvT2xZQo-unsplash.j

European Union                  Version française

Transport dans les contributions déterminées au niveau national

Global

En tant que source d'émissions de GES à la croissance la plus rapide, les transports jouent un rôle crucial dans la transition bas carbone mondiale. Malgré le ralentissement économique mondial et la «nouvelle normalité» perturbatrice qui suivra probablement la pandémie du COVID-19, la demande mondiale de transport devrait encore croître de façon exponentielle. Les dynamiques socio-économiques en Afrique et en Asie seront au cœur de ce changement. À moins que les PRFI africains et asiatiques n'introduisent des plans pour des changements transformateurs dans leurs secteurs des transports, le risque de sous-atteindre les objectifs climatiques de Paris et, avec lui, les ODD reste très élevé. Pourtant, une analyse des mesures de transport dans les CDN soumises révèle qu'elles n'ont actuellement ni l'ambition ni l'exhaustivité requises pour éviter des niveaux dangereux d'émissions. C'est pourquoi, alors que les pays africains et asiatiques révisent leurs CDN en ce moment historique, ils doivent proposer des objectifs et des mesures d'atténuation audacieux des transports.